CONGO

Population              3 800 000 hab

Pop urbaine            60%

Alphabétisation       84,7%

APE et Etudiants du Congo

        APEEC

Président

        Martin ITOUA

email : fape_bzv@yahoo.fr

Vice-Président

       Christian EPOUMA

email : cg_epouma@yahoo.fr

Dans le projet de développement du RESAPE, les APEN vont pouvoir gérer leurs propres pages Jimdo. Ainsi pour l' APEEC ce lien vous dirige sur http://apeec.jimdo.com/ qui est un prototype de ce pourraient être ses pages locales.

Dernières nouvelles

Rapport d'activité de l'APEEC établi pour le 4ème Congrès de la FAPE
Le rapport présente, entre autre, un axe fort : l'expérience novatrice de financement d'un système éducatif avec au centre une synergie société civile-communauté internationale-secteur privé.
Rapport_APEEC.pdf
Document Adobe Acrobat 66.1 KB

29 juillet 2008 - Assemblée Générale de l'APEEC

Le Bureau National de l’APEEC élargi au Commissariat National aux Comptes ainsi qu’au Bureau Communal et aux Bureaux Coordonnateurs des sept (7) arrondissements de la ville de Brazzaville s’est réuni ce mardi 29 juillet 2008 en assemblée  générale à son siège sous la direction de son Président National, Monsieur Martin ITOUA.


Deux principaux points figuraient à l’ordre du jour de cette assemblée générale à savoir :

- l’évaluation de l’année scolaire 2007/2008 et notamment l’analyse des résultats aux examens d’Etat, cuvée 2008 ;

- les préparatifs de la rentrée scolaire 2008/2009.

Examinant le point relatif à l’évaluation de l’année scolaire 2007/2008, l’Association des Parents d’Elèves et Etudiants du Congo (APEEC) s’est une fois de plus réjouie de la décision salvatrice prise par Monsieur le Président de la République, Son Excellence Monsieur Denis SASSOU NGUESSO, d’abolir les frais scolaires au niveau de l’enseignement public et d’assurer la gratuité des manuels scolaires à tous les élèves de la République dans l’enseignement de base.

Aussi, l’APEEC exprime-t-elle avec honneur et déférence, toute sa reconnaissance et rend un vibrant hommage à Monsieur le Président de la République, Premier Parent d’élèves congolais, pour la bienveillante attention et l’intérêt tout particulier qu’il n’a de cesse d’accorder au secteur de l’éducation.

L’APEEC constate avec bonheur que cette importante mesure sociale du Chef de l’Etat aux effets multiplicateurs a été rendue immédiatement applicable et suivie d’effets, notamment avec la mise à disposition aux deux ministères en charge de l’éducation des ressources financières nécessaires et suffisantes pour :

 

- le remboursement des frais scolaires aux parents d’élèves qui avaient déjà payé ;

- la commande et l’achat des manuels scolaires à distribuer gratuitement aux élèves ;

- la mise à disposition à toutes les directions départementales de l’enseignement de notre pays des fonds nécessaires à leur fonctionnement.

Examinant et analysant les résultats aux différents examens d’Etat cuvée 2008 déjà rendus publics dont le Baccalauréat et le BEPC, avec un pourcentage de réussite de 53,87% au Bac technique pour un effectif de 18.000 candidats cette année contre 38,8% l’an dernier pour le sous secteur de l’enseignement technique et professionnel et pour le sous secteur de l’enseignement général : 40,98% pour un effectif de 16.000 candidats contre 36% au Baccalauréat et 33,52% contre 34,80% l’an dernier au BEPC,

 

Faisant la lecture de ces résultats aux examens d’Etat, notamment en ce qui concerne le Baccalauréat, l’APEEC constate avec bonheur qu’au niveau du sous secteur de l’enseignement technique et professionnel, le cap idéal de 50% a été franchi sur la base de la moyenne d’admission de 10/20, ce qui répond largement aux attentes des parents d’élèves congolais,

 

l’Association des Parents d’Elèves et Etudiants du Congo, adresse ses vives félicitations au Ministre de l’enseignement technique et professionnel pour ces brillants résultats et l’encourage à poursuivre la mise en œuvre de son programme de refondation auquel l’APEEC est partie prenante.

 

S’agissant du sous secteur de l’enseignement général,

 

L’APEEC constate, non sans regret, que les mauvais résultats obtenus une fois de plus cette année sont largement en deçà des légitimes attentes de la communauté parentale et ce en dépit d’importants moyens financiers mis à la disposition de ce sous secteur aussi bien par le Gouvernement de la République que par les partenaires techniques et financiers tels la Banque Mondiale, l’IPHD, la Coopération française pour ne citer que ceux-là.

 

Analysant par ailleurs les causes éventuelles de ces mauvais résultats,

 

L’APEEC constate, non sans amertume, que les candidats notamment ceux de l’hinterland au niveau de ce sous secteur ont été les plus grandes victimes, assurément à cause, entre autre, des graves perturbations générées par la décision controversée prise, en pleine année scolaire, par la Ministre de l’Enseignement Primaire et Secondaire de procéder à la consignation des salaires des enseignants dits fictifs provoquant ainsi un déplacement massif de ces enseignants à Brazzaville pour plusieurs semaines, avec pour conséquences immédiates l’abandon de leurs postes de travail.

 

Préoccupée par cette situation récurrente des mauvais résultats dans ce sous secteur,

 

l’APEEC en appelle au Gouvernement de la République et suggère une fois de plus que soit organisée une table ronde sur l’Ecole congolaise.

 

Abordant le deuxième point relatif aux préparatifs de la rentrée scolaire 2008/2009 qu’elle souhaite apaisée, l’APEEC exhorte le Gouvernement de la République à créer toutes les conditions utiles et nécessaires pour la réussite de celle-ci.

 

Aussi, l’APEEC exhorte-elle les deux ministères en charge de l’éducation, le Ministère de l’Economie, des Finances et du Budget ainsi que le Ministère de la Fonction Publique et des Réformes de l’Etat à résoudre, avant la rentrée scolaire 2008/2009 et avec l’implication effective des représentants des syndicats d’enseignants, les problèmes liés au dossier d’intégration dans la Fonction Publique des prestataires et bénévoles de l’enseignement et ceux relatifs au dossier du paiement des rappels de solde d’activités des ex volontaires de l’enseignement intégrés en 2004 et 2005 afin de mettre l’Ecole congolaise à l’abri de toute perturbation.

 

Par ailleurs, l’APEEC se réjouit enfin de la publication du décret n° 2008-127 du 13/06/08 portant création, attributions, organisation et fonctionnement des commissions d’agrément  des établissements privés d’enseignement et invite les trois ministères en charge de l’éducation à prendre les textes subséquents en vue de la nécessaire application de ce décret dès la prochaine rentrée scolaire et académique 2008/2009.

 

Les participants à l’assemblée générale invitent les responsables des organes intermédiaires et de base de l’APEEC ainsi que l’ensemble des parents d’élèves congolais à jouer pleinement leur rôle de veille et à accompagner résolument les Pouvoirs Publics à tous les niveaux dans la mise en œuvre de la décision du Chef de l’Eta relative à la suppression des frais scolaires et à la gratuité des manuels scolaires dans l’enseignement public.

Enfin, l’assemblée générale recommande fermement au Bureau National de l’APEEC, dans le cadre de l’exercice du dialogue permanent avec les Pouvoirs Publics, de solliciter, avant la prochaine rentrée scolaire, des rencontres avec les différents ministres en charge de l’éducation en vue d’obtenir des réponses à certaines questions pendantes évoquées largement au cours des présentes assises.

Ensemble et de concert, faisons de l’éducation dans notre pays une cause nationale !

01/04/2008 - Communiqué de presse.

Le Bureau National de l’APEEC exprime sa satisfaction suite à l’adoption par le Conseil des Ministres lors de sa dernière réunion du décret portant organisation et fonctionnement de la commission d’agrément des écoles privées, ce qui permet de combler ce vide juridique qui a exposé le système éducatif congolais à toutes les dérives constatées.

Le Bureau National de l’APEEC exprime par ailleurs sa vive préoccupation face au mouvement massif des enseignants de l’hinterland vers Brazzaville suite à la décision prise par le Ministère de l’Enseignement Primaire et Secondaire chargé de l’Alphabétisation de procéder à la consignation des salaires des enseignants dits fictifs avec pour graves conséquences :

1. la fermeture forcée de la plupart des établissements scolaires dans les départements de
notre pays et notamment dans les zones enclavées ;
2. l’impact négatif sur le temps d’apprentissage et notamment sur les programmes scolaires ;
3.  la démotivation du personnel enseignant.

Aussi, l’APEEC exhorte-t-elle le Gouvernement de la République et notamment le Ministère de l’Economie, des Finances et du Budget ainsi que le Ministère de l’Enseignement Primaire et Secondaire chargé de l’Alphabétisation à tout mettre en oeuvre pour régulariser la situation administrative ainsi que les salaires de ces enseignants afin qu’ils rejoignent à temps et effectivement leurs postes de travail.

Le Président National, Martin ITOUA

18/01/2008 - MESSAGE DE L’APEEC SUITE A L’ANNONCE PAR LE CHEF DE L’ETAT DE LA SUPPRESSION DES FRAIS SCOLAIRES ET DE LA GRATUITE DES MANUELS SCOLAIRES DANS L’ENSEIGNEMENT PUBLIC

 

Avec honneur et déférence, l’Association des Parents d’Elèves et Etudiants du Congo (APEEC) adresse une fois de plus ses vives félicitations et ses remerciements à Son Excellence Monsieur Denis SASSOU NGUESSO, Président de la République, Chef de l’Etat suite à la batterie des mesures sociales prises lors de son message à la nation à l’occasion de la nouvelle année et notamment celle relative à la suppression des frais scolaires au niveau de l’enseignement public et à la gratuité des manuels scolaires au niveau de l’enseignement de base dans notre pays.

 

Constatant avec stupeur et non sans regrets, la confusion entretenue notamment au niveau du sous secteur de l’enseignement général autour de cette importante décision du Chef de l’Etat et préoccupé par cette malencontreuse situation qui ébranle et perturbe les familles congolaises,

 

Le Bureau National de l’APEEC, à la faveur de la séance de travail y relative avec le Ministre de l’Enseignement Technique et Professionnel et des informations obtenues auprès du Cabinet du Premier Ministre, a l’agréable plaisir de porter à la connaissance des responsables des organes intermédiaires et de base de l’APEEC ainsi qu’à l’ensemble des parents d’élèves congolais que la salvatrice décision du Chef de l’Etat relative à la suppression des frais scolaires au niveau de l’enseignement public et à la gratuité des manuels scolaires au niveau de l’enseignement de base est immédiatement applicable et ce à compter de cette année scolaire 2007/2008.

 

Une commission nommée par le Premier Ministre est actuellement à pied d’œuvre afin de réfléchir sur les dispositions pratiques à prendre pour l’application des mesures sociales prises par Monsieur le Président de la République lors de son message à la nation du 31 décembre 2007.

 

Force de propositions et d’impulsion au service résolu des familles et de l’école congolaise et consciente de l’impact financier de ces mesures sociales prises par le Chef de l’Etat,

 

L’APEEC renouvelle son ferme engagement de continuer à prendre en charge à travers la cotisation symbolique de deux (200) francs, les émoluments de la catégorie d’enseignants appelés Bénévoles pour cette année scolaire 2007-2008 en attendant l’intégration de ces enseignants bénévoles dans la fonction publique conformément aux conclusions des travaux de la commission mixte collège des enseignants/Gouvernement du 17/02/2006.

 

L’APEEC invite tous les responsables des organes intermédiaires et de base ainsi que tous les parents d’élèves congolais à veiller scrupuleusement à l’application de cette importante décision du Chef de l’Etat relative à la suppression des frais scolaires au niveau de l’enseignement public et à la gratuité des manuels scolaires au niveau de l’enseignement de base.

 

Enfin, l’APEEC, préoccupée par les graves perturbations observées depuis le 5 janvier 2008 au niveau de l’enseignement public, invite les responsables des syndicats d’enseignants regroupés au sein de la Concertation pour la Revalorisation de la Fonction d’Enseignants à privilégier essentiellement le dialogue et à poursuivre les négociations relancées depuis le dimanche 13 janvier 2008 avec le Ministère du Travail afin de mettre l’école congolaise à l’abri de tous ces tumultes aux conséquences graves pour la formation et l’éducation de nos enfants

 

Ensemble, faisons de l’éducation une cause nationale dans notre pays !