La FAPE et les APE françaises

Dès la création de la FAPE en 1995, la PEEP et l'UNAAPE ont accompagné la fédération africaine dans la formation de ses cadres. La FAPE a également eu des contacts avec la FCPE et l'UNAPEL.

 

La problématique est que les APE françaises n'ont pas de compétences pour donner des conseils aux APE africaines en raison des différences fondamentales entre le contexte africain et les modèles français; par ailleurs elles n'ont aucune capacité financière à soutenir des projets en Afrique. Cependant il leur reste en commun de faire comprendre aux parents que ce sont eux qui sont les premiers responsables de l'éducation de leurs enfants. Hélas, en France, il existe une concurrence politique trop marquée pour être exemplaire sur ce sujet.

 

 

La FAPE et Action Education

Comme dit précédemment, une transposition des APE françaises aux conditions africaines n'est pas possible. Aussi, en 1998, "Action Education" a été créée par d'anciens cadres de l'UNAAPE, pour assister la FAPE dans ses activités spécifiques par l'intermédiaire de son Antenne de Paris et les conseils de ses experts. En fait, AE avait été dès 1997 maître d'œuvre pour la rédaction et la publication du "Guide du Responsable d'APE" mis à disposition pour le Congrès de Ouagadougou.

 

AE a également assuré

- un stage d'initiation à la Gestion de projets pour le compte de l'UNAPES-B à Ouagadougou en 1999 (avec l'aide du MAE français et de la Mission Culturelle française à Ouaga).

- un stage d'initiation à lnternet pour la création du RESAPE (avec l'aide des Fonds Francophones des Inforoutes de l'OIF) à Abidjan en 2002.

 

Aujourd'hui Action Education reste présente auprès de la FAPE par son soutien technique au niveau de l'information multimedia et de la formation des correspondants communication des APEN membres de la FAPE.

 

D'ici 2011, Action Education prend en charge le transfert de la gestion du présent site (www.actufape.org) à l'Antenne FAPE de Dakar et la publication par les APEN membres de la FAPE de pages Internet nationales. Les formations se feront par un projet présenté aux FFI-OIF.